Les questions / réponses : vivre et aider les malades

agrandir la police reduire la police imprimer

Accueil > Tout savoir ! > Etre actif et plus fort face à la maladie > Les principales situations > Vous ne vous sentez pas “malade”… > Est-on plus fort si on “refuse” la maladie ? Est-il préférable d’“accepter” sa (...)


Est-on plus fort si on “refuse” la maladie ? Est-il préférable d’“accepter” sa maladie ?

• Il est fréquent, et très humain, qu’à l’annonce d’un diagnostic défavorable, on s’y refuse, dans une première réaction spontanée : “c’est impossible”, “cela ne peut pas m’arriver”.
Parfois à cette réaction de négation succède de la colère ou de la révolte. Mais l’expérience montre que face à la maladie, ceux qui s’en sortent le mieux sont ceux qui, après cette phase de négation, se prennent rapidement en charge à tous les niveaux : médical, familial et administratif . Ce sont ceux qui, en consultation, répondent aux questions posées, et non la famille ou les proches ; ce sont ceux qui posent le plus de questions, des questions tellement précises que le médecin est obligé de donner des réponses claires. Le fait de bien connaître les différents symptômes de sa maladie vous permet d’y faire face efficacement quand ils surviennent.

• Par conséquent, le fait de “refuser” sa maladie ne rend absolument pas plus fort pour l’affronter au quotidien. Après une réaction très humaine de négation, il est donc urgent de passer à une phase d’“acceptation” et de s’adapter à la nouvelle situation.
En conclusion, oui, il est préférable “d’accepter” sa maladie et d’être actif pour être plus fort face à la maladie.